Mitsudo Moe : "Délire puissance 3" ou la face obscure du kawaï-loli

Publié le par Nashi


Tout commence lorsque Sacchan AKHTS va à la FN*C pour s'acheter son dixième tome de Keroro Gunsou.
Tome qu'elle ne trouve pas. Frustration. D'autant qu'elle est dans une ville loin de sa maison et que sa mère vient la chercher plus tard. Mais bon, qu'à cela ne tienne, AKHTS flâne au rayon mangas et jette un oeil aux nouveautés. Et puis elle tombe sur un truc. C'est le premier tome d'une nouvelle série, parfait de son point de vue, et puis ça a l'air d'une de ces histoires avec un groupe de petites filles toutes mignonnes dans leurs tribulations de la vie quotidienne... J'aime ça, c'est mignon, ça prend pas la tête, ça n'a ni le côté grosbilliste des shônen (lamda) ni le côté vomitif des shôjo (lamda), bref AKHTS s'assied dans son coin, et lit...
...Et se marre franchement sur le compte d'un style auquel elle ne s'attendait pas du tout.
Ça s'appelle :



Les Triplées
Délire puissance 3!
(...Ou Mitsudo Moe en japonais.)


Mais attention, hein! Rien à voir avec les petites bouilles si connues du F*garo, rien à voir non plus avec les innocentes filles de 18 ans qui en font 12 de Lucky Star ni avec les adorables Petites Fraises, non! Sakurai Norio (illustre auteur) signe ici une parodie détonante et pleine d'humour du style "kawaï-loli" dont je viens de donner deux exemples précedemment.  Publiée au Japon l'an dernier et en France chez Doki Doki, Les Triplées constitue seulement sa deuxième oeuvre, et donc, sans trop de mal, la plus connue.
Venons-en au fait! Qu'est-ce que ça raconte, d'abord?...


Yabe Satoshi, jeune instituteur de 23 ans, vient de débarquer dans l'école Kamokashi pour enseigner dans une classe de sixième. Il voit alors se réaliser des cauchemars pire encore que les siens, lorsqu'ils s'avèrent que trois de ses élèves sont les terribles soeurs Marui! Ce trio de choc, mignon en apparence mais beaucoup moins psychologiquement, est en effet une brochette de petites terreurs qui vont en faire voir de toutes les couleurs à Yabe-sensei, mais ce pour le plus grand plaisir des lecteurs!

Allez, ne le niez pas, vous adorez tous ces filles bizarres, sadiques, dominatrices, d'une intelligence supérieure, ou inférieure mais qui se croit supérieure, avec du sang partout, une aura négative et un regard bien froid et inexpressif. Si, si, au moins sur ML!?, où je m'établis dans mon nid de flemmasse et de RPGiste depuis plus de deux ans, j'ai assisté à un développement plus que conséquent de ce type de personnage parmi les joueurs de légende.
Eh bien, les soeurs Marui sont exactement, à elles trois, une parfaite déclinaison de tous les aspects du caractère que peuvent avoir ces personnages idéaux.
Mitsuba, l'aînée, est méprisante, hautaine, fortement dominatrice, et d'un sadisme sans bornes ni faiblesses —elle exprime même ses sentiments d'affection envers les gens par un profond mépris et un harcèlement incessant et effrayant : qui aime bien châtie bien, et pour châtier, elle châtie, avec une brutalité surnaturelle! Elle règne en maître sur cette classe et son instit, du moins elle espère régner en maître^^", et se sent hautement supérieure à eux tous. Évidemment, en sa qualitié d'aînée, c'est la plus mature et la plus intelligente des trois.
La cadette Futaba, en revanche, est plutôt bécasse. C'est la plus joyeuse —en fait, la seule qui laisse voir au quotidien une mine joyeuse^^". Elle se ballade souvent en tenue d'arts martiaux, est dingue de tout ce qui peut avoir trait au sport et est d'une violence inconsidérée et inconsciente. Autrement dit, elle ne pense pas à réfléchir avant d'agir. Véritable obsédée sexuelle de dix ans, elle a une passion pour les petites culottes, mais encore plus pour la poitrine féminine, à laquelle elle voue un fervent culte et une recherche artistique acharnée. Elle a au sommet de la tête un petit palmier qui remue parfois comme la queue d'un chien.
Enfin, Hitoha, la benjamine, est décrite comme "la plus tarée des trois". Disons que c'est la plus étrange aux yeux d'un élève normal. Effrayante sans le faire exprès, entourée d'une aura obscure, fantômatique, froide et introvertie, elle se ballade tout le temps avec un livre ; on pensait que ses lectures et ses intérêts étaient portés sur l'occulte, mais pas du tout : il s'agit en fait de magazines pornos, de livres pour adultes, ou autres choses qui peuvent, au final, s'avérer encore plus effrayantes que les histoires d'horreur! Nouveau regard sur l'érotisme signé ici par l'auteur, qui m'a bien fait marrer aussi. Hitoha aime se cacher sous le bureau de Yabe-sensei ; elle adore aussi Téton, le hamster de la classe, avec lequel elle est très possessive.
Et au milieu de tout ça, Yabe Satoshi, leur prof, un pauvre innocent débutant dans son métier qui ne sait plus où donner de la tête avec ces trois petits démons. Moi, je l'aime bien, Yabe : c'est un pauvre gars, malchanceux, un peu gamin, et surtout très attachant! Amoureux de Kuriyama Aiko, l'infirmière gaffeuse de l'école, il est malgré tout sans cesse perturbé par ses élèves et en particulier par trois intéressées! On fait également connaissance avec l'entourage des triplées : Marui Soujirou le papa effrayant mais au bon coeur, Matsuoka Sachiko la fille dingue d'occulte qui pense à tort que Hitoha en est, Chiba Yuudai et Satou Shinya les deux camarades de classe qui finiront publiquement pervers qu'ils le veuillent ou non...

Voilà, Les Triplées, c'est une compilation déjantée de tribulations tout aussi dingues, de ces trois petites filles qui, en apparence, ressemblent à toutes ces petites loli mignonne et innocentes, mais qui, dans le fond, ne ratent jamais une occasion de tirer à balle réelle, comme dirait le Nashi, sur ce style de mangas hautement moe qui a ravi tant de fans. C'est le rajeunir, le montrer sous un nouveau jour, dans un humour aussi noir que dynamique et vraiment conséquent —pour ma part, j'ai pas hésité à éclater de rire en public inconnu en le lisant! Bon, je ne vous cacherai pas que les gags peuvent parfois virer à un farcesque balourd, un caca-prout du niveau de Titeuf à ses débuts qui peut facilement devenir énervant pour un public civilisé... Mais ça fait partie du jeu, après tout, ce jeu de Sakurai Norio qui consiste à faire de ces adorables anges de lolis de petits démons plus vrais que nature.
À titre personnel, j'estime que ce manga devrait plaire à la fois aux gens qui aiment le style de kawaï-loli qui ont l'esprit plutôt ouvert —moi, j'aime, et ça m'a plu!— mais aussi à ceux que le style énerve, car la parodie, ça sert à se moquer aussi.
Donc, c'est un manga que je vous conseille malgré parfois le côté trop farcesque : les personnages sont les modèles qui gagnent en ce moment dans le public, les rebondissements font marrer, et chacun, pour peu qu'il ait un bon sens de l'humour, y trouvera son compte!

Publié dans Mangasses

Commenter cet article

Arch 20/02/2010 16:41


Bien écrit tout ça. Je rentre exactement dans le genre de type comme décrit en début d'article. Par contre, j'estime pour ma part que l'esprit ouvert, comme tu dit, est une vertue indissociable
pour qui voudrait s'intéresser à ça. Bah oui, un mec moyen c'est con en général.



Nashi 08/11/2008 19:14

Y a Album à Paris qui est une bonne boutique si je me souviens bien : D (enfin, les Album).Les Fnac c'rien que des enflures d'abord, des gens pas sympathique et tout... Enfin, une série qui à l'air pas mal ( et aucune comparaisons entre moi et un ours bien connu ).La petite dernière et l'ainée m'on l'air fort fun en plus.

ilpalazzo 08/11/2008 18:51

ça fait un bail que je ne suis pas allé à la federation nationale des acheteurs de cadres... d'ailleurs, s'pas bien s'que tu fais! tu ruine les libraires independants! tu me ruine! XDje vais y jeter un coup d'oeil la prochaine fois que je vais a la defense ( yay, paris c'est le bien pour les manga! )