Coolitude maximale : Basquash!

Publié le par Nashi

Passons sur le fait qu'à chaque fois que j'annonce avoir un problème de PC ou de connexion celui-ci est réglé en moins d'une semaine, ça n'en vaut pas la peine. Par contre ce qui en vaut la peine en ce moment c'est un anime qui prouve que plus on cumule de truc cool dans une série plus celle-ci gagne en coolitude, Basquash que ça s'appelle.



Le Basket est un sport indubitablement cool, du moins un sport qui est sur-exploitable pour donner de bon truc en mangasse et anime, les mechas c'est plutôt pas mal cool aussi (dire le contraire c'est ne pas avoir vu Gurren-Lagann ce qui est pire que lancer un troll, même un gros) et la France dans le domaine de l'animation 3D c'est bien cool aussi, Basquash mélange tout ça pour donner la première série de mecha-basket est le résultat fout la trique, carrément.

Rien que le premier épisodes est un concentré d'EPIC WIN, découverte d'un héros qui est largement supportable et de sa bande de potes elle aussi plutôt sympatoche, des décors qui fleurent le pognon tant y a des détails de partout, niveau pognon, ça se confirme largement par la suite d'ailleurs, la liste des seiyus et l'animation  sentent l'argent comme un Dofus Mags et au milieu de tout ça un sport qui est au combien exploitable: Le Big Foot Basket, du basket entre mecha lourdeaux qui donne un spectacle absolument relou à voir mais qui à le potentiel pour devenir quelque chose de très bon... D'ailleurs le héros pense la même chose, conchiant ce sport ennuyeux au point de faire de sa destruction son business, en plus il à une bonne raison, sa sœur (qui par un miracle de chara-design astucieux ne lui ressemble ABSOLUMENT pas) à été blessé dans un accident de BFB, ça part un peu dans le drama de ce côté mais OSEF on y aura droit au mieux que pendant 20 minutes sur les 12 premiers épisodes et sa sœur semble devenir un persos à potentiel par la suite (surtout que ça justifie l'objectif GAR du héros que je vous laisse découvrir).



Grossos modo, le premier épisodes finit de manière absolument géniale grâce à environs 5 bonnes minutes de pur win qui vont non seulement justifier la création d'une version plus péchus et plus dangereuse du BFB ; le Basquash, justifier aussi l'importance du héros, l'apparition de plein de nouveaux personnages aux charmes certains et même le sponsor de Nike qui est tellement moins WTF dans ce genre d'anime que la présence de Pizza Hut dans Code Geass (okay, C.C. peut s'appuyer sur Pizza Hut pour un bonus de charisme mais à la base...Voilà quoi).

Les matchs de basket en eux-même sont en 3D sur fond de 2D, les Big Foot (le nom des mechas de l'anime) sont en 3D sur des décors en 2D...Bah on voit tout de suite la différence quand c'est un français (le même que pour Oban Star Racer) qui s'occupe de l'incrustation, regardez Macross Frontier (à noter que la doubleuse de Ranka est présente dans Basquash, sera tu la retrouver?) et son incrustation qui fait saigner la rétine puis jetez un œil à Basquash, on note quand même la différence...



Niveau musique, légère déception même si l'OST générale est très bien avec un ending franchement sympa et un opening un peu moins cool mais pas mal quand même. En fait la déception vient du fait que je m'attendais à plus de grosse hip-hop violente pendant les match, y avait matière à et c'est dommage de ne pas l'avoir exploité. 'Fin c'est le seul point noir que je voit à l'anime, ça reste quand même une valeur sûre.

Pendant ce temps : La saison 2 de Haruhi est un superbe foutage de gueule pour le moment ( 4 fois le même épisodes, ça fait un peu mal d'avoir attendus autant pour voir ça) et si vous avez la chance d'avoir un cinéma qui diffuse Piano Forest pas loin de chez vous, je vous invite fortement à le voir. Ah! Et je suis en voix off dans la saga d'été du Néant Vert
N'oubliez pas non plus le quartier libre de l'editotaku qui devrait commencer dans peu de temps, enjoy.

Publié dans Animes

Commenter cet article