Cerveau en pause : Madworld

Publié le par Nashi

http://www.twgnews.com/20/images/MadWorld/madworldlogo.jpg

Il fait beau, c’est le bon moment pour refourguer la quinzaine de jeu pourris qu’on m’a filé au moment d’acheté la PS2 (howii, que des jeux de courses réalistes et des Fifa) au Score Game le plus proche histoire de se faire des brouzouf et de choper un jeu encore plus mieux…

Pour l’anecdote j’avais le choix entre One Piece Unlimited Cruise sur Wii ou Madworld, mais bon voilà, comparatif des jaquettes, le côté reality-show mis en avance par celle de Madworld et les conseils avisés d’un keupin ont fait pencher la balance.

http://wiimedia.ign.com/wii/image/article/915/915747/madworld-20081002021300413_640w.jpg

Je rentre amamaizon et j’insère la galette dans la petite console blanche qui n’a pas vu tourner d’autre jeu que Guitar Hero 3 de façon épisodique depuis un mois ou deux et pouf ! Ecran de jeu viril et très dépouillé, on lance le premier niveau et on est vaguement pris par la main dans un didacticiel quand même plutôt libre…Et là c’est la joie.

Commentaires débiles de commentateurs digne des shows de catch du samedis soir, ambiance ultra-violente très millième degrés, apologie de la torture gore et décontracté et mise en place d’un scénario qui dans les premières cartes ne servira qu’à justifier l’apparition de bonus sur la carte envoyé par votre sponsor…C’est DROLE.

On prend vraiment son pied sur Madworld, on torture, on dissèque, on noie, on électrocute et on arrache des cœurs à main nue pour faire un maximum d’audience et on commence gentiment en enfonçant des poteaux de signalisation dans la tête des adversaires qui passe. Chaque meurtre rapporte un certain nombre de point calculé en fonction des sévices que vous faites subir à votre adversaires (de joyeux exemples vous sont offert pendant les temps de chargement) et ces points reconvertit en taux d’audience vous permette de débloquer de nouvelles armes, des DEFI SANGLANT et des combats plus ou moins épiques contre des boss de fin de niveau et autre sous-boss.

La maniabilité est grosso modo impec même si la reconnaissance de la wiimote est parfois un peu hasardeuse, c’est rarement grave quand la console se trompe entre un coup de tronçonneuse verticale ou horizontale (Jack, le poète qui vous sert de héros a un bras mécanique équipé d’une tronçonneuse (oui c’est cool)) , c’est beaucoup plus chiant dans les petites séquences que vous pouvez déclencher contre les boss en agitant la wiimote au bon moment histoire de faire un maximum de dégât ou au moins éviter un coup de latte particulièrement violent (pensée émue au boss de fin qui est TRES agaçant quand on rate les séquences en questions, surtout qu’elles sont globalement les seules où ont peut réellement le blesser). Après niveau config de touche c’est très basique, nunchuk pour se déplacer, A pour taper et B plus agitation de wiimote pour trancher ou utilisé un objet sur un ennemi (et vice et versa), c’est simple et limite agréable (et pourtant Dieu sait que au bout d’un an le combo nunckuk-wiimote peine toujours à me convaincre face au pad).

 

 

On ajoute au bousin quelque mini-jeu d’un gout très sûr (fléchettes humaines, jeter des gens dans une turbine d’avion/hachoir/train en marche  présenté par le merveilleux Baron Noir, une sorte de proxénète inspiration rappeur bling-bling et sa fidèle acolyte au look très SM et c’est partit pour des rires gras et non feint devant la téloche avec une part de pizza dans la bouche et des amis sur le canapés.

Point de vue réalisation le jeu est très sympa, le concept des graphismes ne vous à surement pas échappé vu que c’était un des gros arguments de ventes : Intégralité du jeu en noir et blanc, seul le sang et les onomatopées apparaissent en couleurs, ça fait des grosses taches rouges (ou vertes (y a des martiens, je vous avez dit que le jeu était cool) et des mots en jaunes qui tachent votre écran dans la joie et la bonne humeur. L’ambiance musicale est aussi très réussis, une musique par stage plus une par boss avec parfois du très très sympa à l’écoute et puis les fameux commentaires qui sont balancé à tout va. C’est vulgaire, salace, parfois très glauque mais globalement marrant, on regrettera quand même qu’ils sont parfois spammé à mort (genre toute les blague sur les rosiers putaing) ce qui peut s’avéré très saoulant au bout de 3 ou 4 fois de suite (pendant les défis sanglant c’est souvent une horreur) mais qui participent bien à l’ambiance décalé du jeu, donc ça va, on pardonne.

Par contre pas de surprise, le jeu est drôle uniquement à petite dose, on n’enchaine difficilement 2 niveaux de suite et ceux même s’ils sont globalement variés (avec du bon (le niveau du casino) et du surchiant (la zone 51)) vu que bon, se faire à la suite plusieurs niveau d’une demi-heure à torturé des kawik, ça peut très vite être redondant. Par contre de manière épisodique, pour se défouler un bon coup c’est parfait. Ce qui permet d’ailleurs une re-jouabilité du jeu très bonne vu que de toute façon à la manière d’un Guitar héro ont aura tendance à se refaire ses niveaux favoris pour l’éclate (Ah ! Y a même un scénario pas trop perrave nanar malgré l’image que véhiculent le jeu mais bon, en même temps ce n’est pas comme si c’était ce qui faisait son intérêt).

Publié dans Jeux video

Commenter cet article