Haibane Renmei : Les ailes grises.

Publié le par Nashi

 

J’ai un mal de chien à parler des séries que j‘apprécie énormément, où je fait un pavasse de porc pas forcément supra-intéressant ou alors j’ai l’impression d’en dire trop peu. On va esquivé le problème en annonçant dès l’intro que Les ailes grises est une excellente série, qu’il faut en manger au petit déjeuner et que j’ai regardé le dernier épisode chopé de manière pas top-légale il y a 1h et acheté sur le net le coffret DVD du bousin il y a 20 minutes. Ca c’est fait :

http://i61.servimg.com/u/f61/09/01/82/89/konach17.jpg

Le pire c’est que je ne suis pas sûr du pourquoi j’ai aimé cette série, si on me demande pourquoi je sur-kiffe Baccano!, aucun problème et c’est pareil pour la plupart des autres animes mais pour celui-ci c’est plus…Diffus, il y a pas d’élément particulier dans l’anime pour que le juge particulièrement intéressant, c’est plutôt tout ce qui le compose qui le rend agréable. Pour résumer ce sentiment, disons que j’ai maté le premier épisode il y a deux semaine et que non seulement je n’ai pas vu le temps passé alors qu’objectivement il ne se passe franchement pas grand-chose mais en plus je me suis chopé l’intégralité de la série dans la foulé, comme ça, juste parce que ça m’avait plus sans pouvoir vraiment l’expliquer.

 

Et pourtant c’est pas comme si en m’attardant un peu j’aurai du mal à y trouver des qualités : Rien que la découverte d’un univers dont ont ne sait absolument rien au début et pas beaucoup plus à la fin de l’anime. On découvre en même temps que Rakka, une aile grise qui vient de « naitre » (à comprendre par là sortir d’un cocon) des personnages de qualités (mais Leki quoi…) et une ville entourée d’un gigantesque mur qu’il est interdit de franchir pour tout le monde, que ce soit humain ou aile grise, sauf une minuscule minorité de personne qui n’ont qu’un rôle très secondaire dans l’anime. Petit à petit on va découvrir ce monde, les règles qui le régissent et ce que sont réellement les ailes grises, en même temps que Rakka encore une fois. Rakka est d’ailleurs pas très loin d’être moi, toi, vous, Rakka c’est le spectateur, on s’attache au même personnage qu’elle, on est triste en même temps qu’elle et on souffre comme elle, Rakka c’est moi, toi, vous mais mignonne et pas mignonne comme pourrait l’être Yoko, mignonne parce qu’on à juste envie de lui faire un gros gros câlin quand elle tire la tronche, bref digression toussa.

http://i61.servimg.com/u/f61/09/01/82/89/konach18.jpg

L’anime se déroule dans un format très « tranche de vie », pas décrié en ce moment surtout quand c’est Kyoani qui s’en charge ce qui n’est pas plus mal puisque en tant que première approche du genre ça à maintenant pour moi une valeur de référence loin. TOUT le monde peut apprécier cette anime, ce n’est pas moe comme du K-on, over-hypé comme du Haruhi, c’est juste de la grosse valeur sure dans le domaine et ça mérite un visionnage même de la part de ceux qui sont définitivement fâché avec le genre et qui ne regardent plus que des animes de mécha homo-érotique.

 

J’ai vaguement évoqué les personnages, ont retient surtout après coup Rakka et Leki qui sont sans aucun doute les héroïnes du truc, peut-être bien l’une plus que l’autre au final mais bon vwoila pas trop en raconter non plus. En attendant ça n’empêche pas d’aimer un peu tout le monde dans le bousin, que ce soit les autres ailes grises « adultes », les mystérieuses ailes grises qui vivent à l’autre bout de la ville pour on ne sait trop qu’elle raison et même ce vendeur de vêtement qu’on ne doit pas voir plus de 8 minutes sur toute la longueur de la série est sympathique. Le tout est rendu encore plus sympathique par la présence de Yoshitoshi Abe au chara-design, le même bonhomme que pour Serial Experimental Lain ce qui donne forcément un rendu visuel pas mal du tout. D’ailleurs niveau ambiance autant visuelle que musicale la série à droit à la dizaine de trophées que je vais être occupé à sculpter en attendant de recevoir mon coffret, c’est tout simplement beau. Les décors sont beau, la musique est belle (Rien que l’opening est superbe, j’ai pas du le zapper une seule fois alors que c’est une de mes habitudes), on a envie de vivre la bas, mais vraiment…

 

La conclusion de tout ça est exactement la même que celle de l’introduction de l’article à savoir que cette série est à mes yeux assez indispensable, ça passe comme du petit lait au visionnage et même pour un public pas forcément habitué au genre ça reste très agréable à voir. 

 

Publié dans Animes

Commenter cet article